High-tech et coronavirus : entre crise et opportunités

High-tech et coronavirus : entre crise et opportunités

Alors que certains grands noms de la high-tech subissent de plein fouet les effets du Coronavirus, les “stay-at-home” ont le vent en poupe et les entreprises et start-up du secteur se mobilisent et innovent pour apporter des solutions. Surveillance, test de dépistage, téléconsultation, outils de télétravail et visioconférence : face aux géants américains du numérique et aux techniques de pointes chinoises, les pépites françaises s’affirment également.

La high-tech, autre victime de la pandémie

Fermeture des magasins Apple (excepté en Chine), révision des prévisions financières pour l’année pour Apple et Microsoft, annulation de tous les grands événements du secteur et du lancement des produits phares… Le Covid-19 n’aura pas épargné la high-tech qui fait face à une crise de l’offre et de la demande entrainant des réactions en chaîne. Les quelques centaines de milliards de dollars injectées par les banques centrales ont permis aux bourses de reprendre pieds mais pour combien de temps ? Dans ce climat incertain, quelques entreprises sont épargnées et bénéficient même de certains effets induits de cette crise du Coronavirus.

Quand le confinement profite aux “stay-at-home”

Aux Etats-Unis, les boursiers les appellent “stays-at-home”, ou “rester chez soi”. Ces sociétés voient leurs chiffres grimper depuis le début du confinement. Parmi elles, les grands noms du divertissement : vidéo à la demande avec Netflix, jeu vidéo pour Activision, mais aussi de petits nouveaux comme Peloton, une start-up américaine inconnue en France, qui s’impose sur le marché du sport connecté en vendant des rameurs et vélos d’appartement avec leçons à distance. Au-delà des loisirs, l’activité continue pour de nombreuses entreprises grâce au télétravail qui permet le développement de certains acteurs de la high-tech. C’est le cas pour Zoom, une plateforme de visioconférence qui se démarque de ses concurrents par sa facilité d’utilisation (sans création de compte). Pendant ce temps, le secteur du numérique se mobilise.

Mobilisation du secteur : innovation et start-up

En Chine, après avoir mis en place une application qui répertorie les cas de Coronavirus, le géant des ventes en ligne chinois Alibaba travaille sur une intelligence artificielle capable de détecter les infections au Covid-19. Celle-ci serait déjà opérationnelle dans les hôpitaux chinois. En France, l’association France Digitale qui regroupe 1500 start-up se mobilise pour apporter des solutions. Ainsi Doctolib, spécialisée dans la prise de rendez-vous médicaux propose la téléconsultation et les pépites françaises développent des solutions de télétravail comme Klaxoon ou Wimi, d’enseignement (OpenClassRoom)ou de recrutement à distance(Job Teaser).

La high-tech oscille donc actuellement entre crise, opportunités et engagement dans la lutte contre l’épidémie dans un avenir incertain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.